Une discussion avec Michel Sasseville

Philosophie pour enfants ou exercices éducatifs?

Chat sur Facebook du 8 sept. 2013
21:25
Si j’ai bien compris, tes racines sont chez Piaget, les miennes chez Lipman en lien avec Vygostsky. Je te conseille de lire Natascha de M. Lipman. Je pense que tu verrais mieux de quoi il en retourne dans le programme de Lipman et pourquoi, étant donné le contexte d’expérimentation différente (celui de Piaget et celui de Vygostsky), on peut arriver à des conclusions assez différentes.
Merci pour le conseil. Oui je connais mal Vygotsky.
En somme, ce n’est pas que Piaget avait tort (ou raison), mais plutôt que le contexte d’expérimentation entre les deux diffère grandement, d’où les résultats différents.
Il faudrait que je relise le bouquin de Bronckart sur Piaget et Vygotski.
Cela dit, je continue de penser que la PE relève plus de la pédagogie que de la philo… j’espère que nous aurons l’occasion d’en rediscuter.
J’espère moi aussi. Et puisqu’on est en français , [nous avons eu antérieurement une discussion en anglais] peut-être que je pourrai ici mieux me faire comprendre: imaginons que la pédagogie de la philosophie est la pratique même de la philosophie. Que la forme est à l’image du contenu. Cela te permettrait-il de voir les choses d’une manière un peu différente?
Oui mais il y a de la philosophie indépendamment de toute pédagogie philosophique. On ne peut pas dire qu’une discipline inclut la transmission de cette discipline sauf à l’étendre au-delà d’elle-même…
Mais quand il s’agit de l’enseigner… et qu’on la considère essentiellement comme un processus et non comme une somme de connaissances à posséder, alors sa pédagogie n’est pas différente de l’acte (des actes) qu’elle présuppose.
Oui mais alors on fait de la pédagogie philosophique
Si tu veux appeler cela de cette manière, libre à toi. Moi, je dis qu’on fait de la philosophie et que sa pédagogie est sa pratique.
La philo n’est pas en elle-même un processus… sauf à considérer l’évolution des connaissances philosophiques dans l’histoire… ou les méthodes philosophiques, mais alors on est dans un problème méthodologique. Pour ma part, je pense qu’il faut distinguer philosophie et enseignement ou transmission de la philo, deux pratiques différentes
C’est là je pense que nos points de vue divergent beaucoup. La philosophie, à mes yeux, est essentiellement un acte consistant à penser par et pour soi-même, avec les autres, tous les autres au mieux, qui sont ici maintenant, ou avant. Or penser par et pour soi-même, ce n’est pas accumuler des connaissances qui nous auraient été livrées par je ne sais qui, mais rassembler, pour soi, avec les autres, des formes de compréhension et les faire siennes, afin que le jugement se raffine constamment, que la sagesse, même si elle n’est jamais atteinte entièrement, soit constamment au menu.
Oui mais apprendre à penser n’est pas l’apanage de la philo
c’est en effet là que nous divergons…
Certes, mais en philo, c’est une préoccupation constante, à telle point qu’on a pris soin de mettre en place une sous-discipline, la logique, essentiellement préocupée d’une question de fond: comment reconnaître que nos raisonnements tiennent ou non la route… Il n’y a pas que la logique, mais c’est tellement important. Et je ne vois pas qui s’occupe de cet enseignement à l’école, aujourd’hui encore, à part la philo.
Quand je vois entrer mes étudiants dans mes cours de philo pour enfants à l’Uni (étudiants qui proviennent des sciences de l’éducation) et que je leur parle d’Habiletés de pensée, leurs yeux s’agrandissent, comme s’Ils n’en avaient jamais entendu parler. Plus encore, quand ils voient comment mettre en route ces diverses habiletés dans le contexte social, linguisitique, d’une communauté de recherche, alors là ils tombent en bas de leur chaise
Oui mais il y a longtemps que la logique a quitté la philo… et il n’y a pas que la philo qui s’inquiète de savoir si ses raisonnements tiennent la route… ce que tu dis là pourrait être mal perçu par les tenants d’autres disciplines (rationnelles)…
C’est sans doute mal perçu. Moi ce qui m’intéresse c’est de voir ce qui se fait à l’école ou dans les lieux de formation (uni). et ce que j’y vois c’est le néant, ou presque, lorsqu’il s’agit de former la pensée. On en est encore à la transmission, à la tête bien pleine de Montaigne.
Même sous l’angle des compétences, on en demeure à la transmission des compétences.
Les mots ont changé, mais la manière de faire reste la même.
Oui d’accord… mais la philo n’est pas une panacée, ce n’est pas la seule manière d’apprendre à penser… chaque discipline s’interroge elle-même, sur ses fondements par exemple, le plus souvent sans l’aide de philosophes. Par ailleurs apprendre à penser est une préoccupation constante à l’université. Mais nous nous éloignons de la philo pour enfants… j’espère que nous y reviendrons une prochaine fois.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s