« Choisir librement » pose la question du genre

Dans la video ci-dessus, les enfants sont amenés à choisir librement des activités sans pression « de genre » du type « c’est un jeu pour les garçons » ou « les filles ne font pas ça ».

Il s’agit donc de permettre un choix autonome, même si les préférences de l’enfant restent marquées par sa socialisation, c’est-à-dire par des événements antérieurs à ce choix.

Dans la perspective de la philosophie avec les enfants, on ne peut qu’approuver cet encouragement à l’autonomie, mais il faut bien voir qu’une telle approbation s’oppose aux visions traditionnelles de la société. La philosophie avec les enfants s’inscrit dans un contexte individualiste, c’est-à-dire essentiellement occidental.

Pour en savoir plus sur la distinction entre sociétés traditionnelles et sociétés individualistes, voir

4190Ol-QS9L._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_SX342_SY445_CR,0,0,342,445_SH20_OU08_

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s