Résumé de 103 recherches en philosophie pour enfants

La conclusion d’une longue recherche sur l’impact de la philosophie pour enfants, qu’on peut résumer par les termes « on ne sait pas », est décevante.

« We really do not know if the program is working; we do not know the reach of the positive impact many people have discovered in their evaluations; there is not any evidence that this positive effect remains long after the implementation of the program. »

Les auteurs, à travers les articles qu’ils ont recensés, cherchent à mesurer les effets à long terme des programmes de philosophie pour les enfants: “The results tend to offer some support for the positive effect of doing philosophy with children. It is difficult to come to a clear conclusion about the full implications of this positive impact or about its long term persistence.”

Je relève deux problèmes. Le premier tient au long terme, le second tient à la nature même de l’apprentissage.

La question du long terme pose des questions spécifiques concernant l’influence de l’environnement (surtout social) et la difficulté d’isoler les variables. Je note que la psychologie cognitive s’est largement désintéressée de la question du long terme pour se concentrer sur la possibilité de régression des progrès réalisés, l’idée étant que plus la régression est facile, moins l’acquis sera durable. Mais la question fondamentale est ici de savoir ce que l’on veut mesurer. Si cela était plus clair, on pourrait parler d’impact à long terme de manière plus précise.

On rencontre le même problème quand on cherche à évaluer l’impact d’études en sciences humaines sur les étudiants. Prenons le cas de la philosophie pour mieux cerner notre sujet. Ce que les étudiants ont appris (intégré, assimilé, compris) se mesure mal en termes de capacités ou d’aptitudes nouvelles. Or il est difficile de faire une évaluation en dehors de la question suivante : «Qu’est-ce que les individus sont capables de faire après leurs études qu’ils n’étaient pas capables de faire avant ?». Bien entendu, pour ne pas rester dans un cadre strictement béhavioriste, il faut inclure dans « faire » penser ou se rappeler. Au sens large, la pensée est une action.

On pourrait dire que ces étudiants « pensent mieux » après leurs études qu’avant. Mais qu’est-ce que « penser mieux » ? Du point de vue méthodologique, le problème est de trouver de bons indicateurs des progrès, ou des changements, réalisés. Bien sûr on peut s’intéresser au seul apprentissage, et demander à ces étudiants de répéter ce qu’ils ont appris, mais on risque de passer un peu à côté de la question ci-dessus, à savoir ce qu’ils sont capables de faire… étant entendu que la question va au-delà de la simple capacité à répéter. Il faudrait donc poser avant et après les études des questions qui font appel au raisonnement – disons – dans le domaine de la philosophie, et il faudrait distinguer la capacité de résoudre ces questions de celle de les dépasser. Du point de vue pratique, on voit bien la difficulté à trouver de telles questions. Et même si on peut s’orienter dans cette direction, il restera à trouver d’autres indicateurs permettant par exemple d’évaluer l’originalité des individus ou de capter les différences individuelles. Du point de vue méthodologique, il faudrait pouvoir hiérarchiser les réponses pour pouvoir évaluer la distance parcourue entre avant et après. Il y a donc un travail de clarification conceptuelle à faire, en parallèle avec l’amélioration des instruments d’évaluation.

Le même genre de problèmes se posent concernant l’impact de la philosophie pour enfants.

Résumé de 103 recherches en philosophie pour les enfants

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s